De retour au terminal des ferries de Kagoshima, on rejoint notre hôtel rapidement puis on repart presque aussitôt pour aller chercher de quoi manger car il est tard et on a faim (pour ne pas changer).

Comme on ne connaît pas Kagoshima, on galère comme des fous à trouver un restaurant. J’avais noté différentes adresses avant notre départ mais toute une partie du quartier est en travaux et les restaurants que j’avais notés n’existent plus. On est crevés pour ne pas changer. On se décide finalement pour un petit resto de chaîne qui fait des gyudon pas cher. Pour le prix, c'était plus que correct.

La nuit sera courte en raison du lit trop petit. Dès que l’un de nous bougeait, on réveillait l’autre. Je ferai attention la prochaine à prendre un lit plus grand la prochaine fois. Je sais que, au Japon, c’est mieux de prendre des lits séparés mais Amour et moi, on n’aime pas beaucoup.

 

Découverte de Kagoshima : volcan et ramen

Comme j’ai souffert le martyre la veille lors de la randonnée à Yakushima, décision est prise de changer de chaussures car je ne vais pas pouvoir continuer à marcher bien longtemps. Il est un peu tôt pour faire du shopping mais j'arrive à trouver un magasin est ouvert et je repère très vite des chaussures aussi confortables que des chaussons. Amour est sceptique sur le fait de changer de chaussures mais je ne l’écoute pas et je me fie à mon instinct.

D’autant que le programme d’aujourd’hui est balade à Kagoshima : aller sur les hauteurs du parc de Shiroyama pour admirer la vue. Cela tombe bien, il fait un temps superbe mais pas trop chaud. Sur le chemin, on passe d’abord devant le parc Xavier ザビエル公園 qui commémore la venue de Saint François Xavier à Kagoshima en août 1549. On y trouve la façade de la première église en pierre de Kagoshima construite à la fin du XIXe siècle mais détruite pendant la Seconde guerre mondiale. Juste à côté du parc, se trouve la cathédrale Saint François Xavier 鹿児島カテドラルザビエル記念聖堂 dont la froide modernité ne donne pas envie d’y entrer.

On est ensuite allés au centre d’information touristique まち歩きステーション en face du parc Chuô-ku 中央公園 tout près de la statue de Saigo Takamori 西郷隆盛銅像, le célèbre samourai qui aida l’empereur à retrouver le pouvoir lors de la Restauration de Meiji avant de s’y opposer lors de la Rébellion de Satsuma en 1877 dont la dernière bataille se tint au mont Shiroyama 城山 où l’on se dirige.

Il est possible de monter jusqu’au Shiroyama Park Observation Deck 城山公園展望台 en bus mais la montée à pied est agréable et boisée. Une fois en haut, on admire le volcan et l’on prend plein de photos. Il y a peu de monde mais cela vient par vague. La majorité arrive par voiture ou bus. Il y a que des Japonais et on se fait tout discrets pour les observer tranquillement. Il y a les familles avec grand-mère, les parents et les très jeunes enfants, des personnes âgées, un groupe de touristes japonais qui se feront prendre en photo par un professionnel, des groupes de jeunes gens. C’est bon enfant, personne ne fait attention à nous, on en oublierait presque qu’un virus est en train de détruire des milliers de vie. De temps en temps, il y a des petites éruptions depuis le volcan mais elles semblent totalement inoffensives. Ce sera différent une fois sur place mais de loin, la vue est superbe.

On repart vers le bord de mer en direction du Ishibashi Mémorial Park 石橋記念公園, histoire de se rapprocher du Sengan-en 仙巌園, jardin réputé pour ses cerisiers et sa manufacture de verre.

On redescend le long de l’ancien château de Kagoshima 鹿児島城 dont il ne reste que les douves et qui a été remplacé par le Musée préfectoral de la culture de Kagoshima 鹿児島県 歴史・美術センター 黎明館 qui est fermé.

On commence à avoir faim. Il est presque 15 heures de l’après-midi et je m’inquiète de trouver un restaurant ouvert. Heureusement, il y en a tout un ensemble qui donne sur un parking près de l’eau. Notre choix s’est porté sur un ramen-ya こだわりらーめん十八番 ベイサイド店 et c’était délicieux. On a pris tous les deux un 春野菜塩らーめん, un ramen avec des légumes de printemps.

 Haru yasai shio ramen 春野菜塩らーめん un ramen avec des légumes de printemps

 Oui, le ramen était aussi bon que sur la photo.

 

On a super bien mangé et il est temps de repartir. même si j’ai de nouvelles chaussures qui ne me font plus mal, on a déjà bien marché. Je sais déjà que l’on ne pourra pas aller jusqu’au Sengan-en mais ce n’est pas grave. On décide d’aller voir les parcs qui sont juste à côté.

Sur la route, on a eu la surprise de découvrir un practice de golf. Amour était aux anges car il n’en avait pas encore vu et on était vraiment tout près. Je n’ai d’ailleurs jamais vu autant de balles de golf de ma vie. Il y en avait des centaines, voire des milliers sur le terrain.

 

L'histoire, encore l'histoire

Les parcs sont agréables. Il y a plein de familles qui s’y amusent ainsi que des groupes de jeunes. On prend des photos lorsqu’on découvre que l’on se trouve à l’endroit même d’où les navires anglais ont été bombardés lors de la guerre anglo-Satsuma Satsu-Ei Sensō 薩英戦争 du 15 au 17 août 1863, Satsuma étant l’ancien nom de la province de Kagoshima.

 Pour ceux qui veulent en savoir plus, je conseille l’article en anglais de Wikipédia à ce sujet.

On s’est ensuite dirigés vers le parc Gionnosu 祇園之洲公園 d’où on a une superbe vue sur le volcan. Le parc n’est pas très grand mais il a un charme fou. On se serait cru en Californie avec ses immenses palmiers. Il y avait une lumière superbe en plus. Un adorable Nippon a insisté pour nous prendre en photo tous les deux devant le volcan.

Il commence à se faire tard. Il est temps de rentrer. On longe la baie de Kagoshima. On passe devant le terminal des ferries qui font la liaison entre le volcan et la ville, ferries que l’on prendra le lendemain. Je découvre les panneaux routiers quelque peu particuliers de la ville.

Comme on a déjeuné tard, on ne prendra qu’un petit encas dans la chambre avant de s’endormir blottis l’un contre l’autre.

 

Sakurajima

Il avait été prévu de faire la visite de Sakurajima le matin en prenant un bus touristique (le seul de la matinée) puis d’aller à Sengan-en dans l’après-midi. Sauf que l’on a raté le ferry qui aurait dû nous amener à Sakurajima pour prendre le bus. Ce n’est pas grave, on prendra les bus locaux pour se balader.

On monte sur le ferry et on se retrouve avec les étudiants espagnols qui étaient dans notre bus à Yakushima ! Le gag ! Le bateau est quasiment vide et j’en profite pour faire Pokémongo car il y a des Pokémons sur l’eau ! Il fait un temps horrible mais c’est notre dernière journée à Kagoshima et je voulais vraiment aller sur le volcan.

Une fois débarqués, on va au Visitor Center 桜島ビジターセンター où l’on apprend beaucoup de choses sur le volcan. L’idée était d’aller visiter le Sakurajima Volcanic Shore Park and Footbath 桜島溶岩なぎさ公園&足湯 tout proches mais il fait trop mauvais pour s’y rendre. On part récupérer notre bus et on se retrouve avec les étudiants espagnols installés au fond et super bruyants.

On avait étudié notre parcours avec Amour. Comme le bus ne passait que chaque demi-heure, on a décidé de descendre aux endroits où l’on pouvait aller d’un arrêt de bus à l’autre à pied, histoire de se balader sous la pluie qui se calme un petit peu… Je voulais aller voir le 桜島国際火山砂防センター mais on découvre que c’est fermé une fois devant. On décide quand même de descendre du bus après avoir expliqué au chauffeur qu’on allait se promener. Il n’avait pas envie de nous laisser descendre mais je n’en pouvais plus des Espagnols et un peu de marche nous ferait du bien à tous les deux.

On passe sur le pont où l’on peut voir une évacuation des boues volcaniques assez impressionnante. On s’approche d’un point de vue 野尻川展望所 mais il est fermé. On retourne alors vers l’arrêt de bus précédent en passant dans la rue, le long des plantations d’agrumes et des boutiques de poterie malheureusement fermées. Mais on n’est pas assez rapide et notre bus nous passe devant ! Tant pis, on visite le cimetière dont chaque tombe est protégée des cendres par un toit en bois, en tôle ondulée ou en dur pour les plus riches.

On note les sacs de cendres dont on nous avait expliqué l’utilité plus tôt dans le centre touristique. On ne se rend pas compte car il pleut mais le volcan est actif et il rejette des cendres en continu. Je sais qu’il ne faut surtout pas se toucher les yeux au risque de rayer sa cornée.

On change d’arrêt de bus pour en prendre un autre un peu plus tôt. Il est légèrement en retard mais on n’a pas le temps de s’inquiéter qu’il arrive. On monte à l’observatoire Yunohira 湯之平展望所 d’où la visibilité est proche de zéro ! Cela n’a pas d’importance pour moi : on est dans les nuages et cela me rappelle mes montagnes. Amour se moque de moi et pose pour la photo avec le doigt en direction du volcan qui est invisible !

Finalement, on redescend. Comme on a perdu pas mal de temps, l’idée de visiter le Sengan-en s’éloigne totalement et on prend notre temps pour rentrer sur Kagoshima. Mais on commence à avoir faim tous les deux et on décide de rentrer manger à Kagoshima car, en chemin, on n’a vu aucun commerce ou restaurant sur Sakurajima. Lorsque l’on avait pris le ferry pour Yakushima, j’avais repéré un centre commercial pas très loin. On décide d’y aller pour déjeuner même s’il est un peu tard.

 

Déjeuner et shopping

C’est le Dolphin Port ドルフィンポート devant le Water Front Park ウォーターフロントパーク. C’est un ensemble architectural en bois sur un étage où il y a des restaurants et une boutique de mariage. C’est un endroit très familial et bon enfant. Ce sera tempura et udon pour moi, katsudon pour Amour. On se repose un peu avant de retourner au centre-ville dans l’intention d’aller manger un dessert dans une boutique où l’on avait vu une queue immense la veille, une queue avec des gens qui avaient leurs valises ! On s’est demandé qu’est-ce qu’il pouvait y avoir de si bon que les gens y aillent avec leur valise !

On passe devant le Loft et je pousse Amour dedans. C’est là qu’on a trouvé les superbes cartes postales avec des cerisiers et ma boule de neige Yayoi Kusama. Elle était très chère mais j’ai eu un coup de cœur, impossible de résister.

Il y avait aussi une librairie. Là, j’abandonne Amour sur un siège et je pars à la recherche des mangas que je voulais ramener à Paris : Mao de Takahashi et les derniers tomes non encore publiés en France de Silver Spoon et Golden Kamui. Dans un premier temps, je cherche toute seule mais c’est galère alors je demande à une vendeuse et là, je trouve mon bonheur. J’aperçois Amour qui est en train de dormir ! J’essaye de le prendre en photo mais il se réveille à ce moment-là !

On part manger notre glace que l’on a bien méritée après toute une journée passée sous la pluie. On rejoint notre ami l’ours blanc, l’emblème de la boutique qui est en fait un restaurant qui fait aussi salon de thé, Tenmonkan Mujaki 天文館むじゃき et on choisit la spécialité locale. On n’en prend qu’un seul après avoir vu nos voisins faire pareil. Le restaurant est plein et c’est vraiment délicieux.

On rentre fourbus à l’hôtel pour préparer nos valises car on doit partir tôt demain matin pour Miyajima et son temple de l'amour !