Le 28 novembre 1883 (Meiji 明治16 ) est inauguré le bâtiment où se tenaient des réceptions somptueuses et controversées, le Rokumeikan 鹿鳴館, dans le quartier de Kôjimachi 麹町 à Tokyo.

 

Le Rokumeikan 鹿鳴館 ou le pavillon du cri du cerf est un édifice de style néo-baroque en brique, composé de deux étages et construit en 1883 dans le quartier Hibiya de Tokyo, non loin de l'emplacement actuel de l'Hôtel impérial, Teikoku hoteru 帝国ホテル.

 

Son architecte, le britannique Josiah Conder (1852-1920), a aussi conçu le Musée impérial de Tokyo, Teikoku hakubutsukan 帝国博物館 (de nos jours, le Musée national de Tokyo, Tôkyô kokuritsu hakubutsukan 東京国立博物館), en 1881, la cathédrale orthodoxe Saint Nicolas du Japon, Nikorai-dô ニコライ堂, en 1891 ainsi que les bureaux du ministère de la marine, Kaigunshô 海軍省, en 1895.

 

Lieu de réception pour la haute société japonaise, il a été construit dans la perspective d'y loger les invités étrangers importants qui se rendaient au Japon. Le ministère des Affaires étrangères de l'époque, le Gaimushô 外務省, voulait donner l'image d'une nation moderne. Pour cela, le pays se devait d'offrir à ses visiteurs de marque la même qualité de réception que les officiels japonais avaient rencontrée lors de leurs voyages à l'étranger. A l'origine, il s'appelait le Gaikokujin settai-jo 外国人接待所, littéralement, le lieu de réception des étrangers.

 

Sa construction débute en janvier 1881 et se termine en juillet 1883. Il est inauguré le 28 novembre 1883.

 

Début 1887, l'ensemble de l'éclairage est modernisé et devient électrique. Le Rokumeikan se devait d'être la vitrine de la doctrine Fukoku kyôhei 富国強兵, "un pays riche, une armée forte", prônée alors par le gouvernement de Meiji.

 

Vente de charité au Rokumeikan 鹿鳴館, Hashimoto Chikanobu橋本周延 (1838-1912) – Bibliothèque de l’université de Waseda 早稲田大学図書館En dehors des périodes où sont reçus les visiteurs étrangers de marque, le bâtiment est loué à des cercles sociaux ou des entreprises qui y organisent soirées, bals, ventes de charités (bazâ バザー) ou concerts. Le Rokumeikan devient rapidement un lieu prisé de la haute société tant japonaise qu'étrangère.

 

Mais le peuple japonais est choqué par cette effervescence superficielle venue de l'étranger. Rapidement, le Rokumeikan devient le symbole d'une occidentalisation rapide de plus en plus controversée.

 

A cela s'ajoute l'échec des négociations sur la révision des traités inégaux par le ministre des Affaires étrangères, Inoue Kaoru 井上馨 (1836-1915), qui entraîne à son tour une vague de critiques et de protestations de la part des nationalistes et des partisans des droits civils sur la politique d'occidentalisation du pays. C'est la fin de l'ère Rokumeikan.

 

En 1890, le bâtiment est alloué au Kazoku Kaikan 華族会館, le Cercle de la noblesse, puis vendu en 1894. La même année, le 20 juin, se produit le tremblement de terre de Tokyo-Meiji, Meiji Tôkyô jishin 明治東京地震, qui endommage sérieusement l'édifice. Il est réparé en 1897 sous le contrôle de l'architecte qui en profite pour faire des modifications. L'année suivante, il change de nom et devient le Kazoku Kaikan.

 

Le bâtiment est rasé en 1941.