Le mois de septembre marque, au Japon, le début de la saison des typhons, taifû 台風.

 

C'est un phénomène météorologique habituel dans l'archipel. Ces tempêtes tropicales se caractérisent par des vents violents et des pluies abondantes.

 

Au Japon, même pendant un typhon, il est possible de se déplacer mais il convient de faire attention aux chutes d'objets comme des passerelles, des échafaudages ou des branches d'arbre. N'espérez pas prendre votre parapluie sinon il finira comme les autres totalement démembrés dans le caniveau. Au-delà de 90 km/h, on risque d'être emporté par le vent sans compter sur les chutes potentielles d'arbres.

 

Comment savoir si le vent souffle à plus de 90 km/h ? C'est simple : il est alors impossible d'avancer. A partir de 80 km/h, on a du mal à progresser et on est déstabilisé. Il est alors temps de rentrer à la maison ou dans un abri quelconque : les galeries sousterraines des grandes villes japonaises sont parfaites pour cela.

 

« Représentation des invasions mongoles », Môkô shûrai no zu 蒙古襲来之図 (1862) par Kikuchi Yôsai 菊池容斎 (1788-1878) © Shizuoka Prefectural Museum of Art, Shizuoka-kenritsu bijutsukan 静岡県立美術館Historiquement, c'est un typhon qui a mis un terme aux invasions mongoles, Môkô shûrai 蒙古襲来, en 1274 et en 1281, le fameux « vent divin » ou kamikazé 神風.

 

Les typhons les plus dévastateurs au Japon ont été le typhon Muroto 室戸台風 en septembre 1934 qui a fait plus de 3.000 victimes, celui associé au naufrage du ferry Tôya maru 洞爺丸 en 1954 (plus de 1.000 victimes), celui de Kanogawa 狩野川台風 en 1958 (plus de 1.000 victimes) et celui de la baie d'Isé 伊勢湾台風 en 1959 (plus de 5.000 victimes), le dernier en date à avoir causé plusieurs milliers de morts.

 

Au Japon, traditionnellement, les typhons sont nommés en fonction de la région qu'ils atteignent en premier ou de l'endroit où ils ont causés le plus de dégâts. Depuis 1953, ils portent un chiffre indiquant l'année et leur ordre de formation.

 

Les typhons sont de petite taille en comparaison des tempêtes se produisant dans les zones tempérées du globe. Leur diamètre est généralement de 500 km. Les plus imposants peuvent atteindre 1.000 km.

 

La majorité des typhons se forment dans les eaux chaudes de l'océan Pacifique, à l'est des Philippines, entre les latitudes 5°N et 25°N. De larges quantités de vapeur d'eau s'élèvent alors dans le ciel, laissant derrière elles une zone de basse pression et des courants ascendants. La vapeur se condense alors dans les hautes atmosphères et retombe sous forme de pluie.

 

Après leur formation, les typhons progressent poussés par les vents vers l'ouest ou le nord-ouest à une vitesse de 20 à 30 km/h. Lorsqu'ils atteignent le Pacifique nord, ils rencontrent une zone de haute pression qui descend en direction du sud-ouest le long du Japon. Ils sont alors déroutés vers les Philippines et les côtes sud de Chine. S'ils ne rencontrent pas cette zone de haute pression, ils continuent alors leur route vers l'archipel.