L'Atelier Sentô est un collectif de deux illustrateurs français, Cécile Brun et Olivier Pichard, qui travaillent sur différents projets dans le domaine de la bande-dessinée et du jeu vidéo avec un graphisme et des histoires d'inspiration japonaise.

Olivier et Cécile © Atelier Sento

 

J'aurais du mal à donner une appréciation juste et raisonnée de leur travail tant celui-ci est incroyable. Je les ai découverts par l'intermédiaire de leur maison d'édition Issekinicho qui édite leur superbe livre Onibi, Carnets d'un Japon invisible. Un onibi, kézako ? Wikipédia vous en dira plus que moi.

La bande dessinée Onibi d'Atelier Sentô et un détail de leur dédicace

 Pour mieux connaître leur travail, je vous conseille la lecture de l'article de 9e art qui leur est consacré.

 

Lors de vacances au lac d'Annecy (parapente oblige), j'ai profité d'un jour de mauvais temps pour aller voir leur exposition à la bibliothèque Bonlieu sur leur jeu vidéo The Coral Cave dont l'action se passe à Okinawa. L'expo était sensass et j'espère qu'elle sera visible dans d'autres villes.

Si vous voulez en savoir plus sur Coral Cave et son élaboration, je vous invite à lire les articles d'Indie Mag et de Games Magazine.

En plus d'être incroyablement doués, Cécile et Olivier sont charmants, adorables et très disponibles. J'ai eu la chance de les rencontrer lors de mon passage au Salon du livre de Paris en 2017 où ils m'ont dédicacé leur bande-dessinée Onibi et leur journal de voyage au Japon, Natsu.

Leur journal de voyage Natsu © Atelier Sento

 Ils organisent de nombreuses expositions dont la dernière sur leur livre Onibi à Nantes.

 Ils participent aussi à des ateliers aux cours desquels ils ont développé deux courts jeux vidéos Yurei Station et After Work avec des élèves en école d'art.

 

Ils ont bien voulu répondre à quelques questions sur le thème du Japon :

 

 Quel est ton personnage populaire/kawai nippon préféré ?

On aime bien Kitaro le repoussant ゲゲゲの鬼太郎. Hé non, il n'est pas vraiment mignon, mais c'est aussi pour ça qu'on l'apprécie ! Rendre attachant un personnage borgne qui descend d'une tribus de morts-vivant, c'est quand même un sacré tour de force ! Au Japon, Kitaro est très connu car son créateur, Shigeru Mizuki 水木しげる a contribué à redonner vie aux yôkai 妖怪, les monstres du folklore japonais.

 Kitaro le repoussant ゲゲゲの鬼太郎 de Mizuki Shigeru 水木 しげる

 

Quel est votre manga préféré ?

Hanashippanashi はなしっぱなし, un recueil de nouvelles en 2 tomes d'Igarashi Daisuke 五十嵐大介. Ces histoires courtes mélangent folklore et Japon contemporain. Le trait de l'auteur, souple et vif, évoque le dessin d'observation mais la réalité semble se déformer au rythme des émotions des personnages et se plier aux caprices de la nature. Igarashi Daisuke nous propose de découvrir des mondes parallèles cachés dans une petite ruelle de quartier, des hordes d'insectes invisibles traversant les allées de Tokyo, une nature sauvage et ancienne qui inonde notre monde « moderne » pour peu qu'on lui prête attention.

 Hanashippanashi d'Igarashi Daisuke

 

Votre anime préféré ?

Si on parle de série animée, alors notre préférée est Serial Experiment Lain. L'univers est à la fois expérimental, terrifiant et plein de douceur. Lain, une jeune fille solitaire et renfermée découvre le Wired, une sorte de connexion internet par laquelle une de ses camarade morte lui envoie des messages. Petit à petit, Lain se fond au Wired, se démultiplie, se perd entre les mondes, découvre les possibilités... C'est visuellement fascinant et l'histoire nous plonge au cœur de nos pires angoisses : la rupture de la communication entre les individus, l'incapacité à gérer l'information et les abus sur le web, l'isolement, le peu de valeur accordée à la réalité, la technologie et la froideur du monde qu'elle nous ouvre …

 

Votre chanson japonaise préférée ?

Black Forest de Takako Minekawa 嶺川貴子. Chanteuse expérimentale pop, Takako Minekawa propose des atmosphères épurées, rafraîchissantes, amusantes, minimalistes et toujours innovantes. C'est une artiste qui explore et teste des choses, son travail, toujours moderne, nous inspire.

 

Votre plat japonais préféré ?

On aime les plats familiaux comme les sukiyaki すき焼き : une grande marmite dans laquelle on fait cuire de la viande et des légumes et chacun ce sert. Une fois, nous avons eu l'occasion de goûter du senbei jiru せんべい汁 : le principe est le même mais on y ajoute des nanbu senbei 南部せんべい, des galettes de riz qui se ramollissent quand on les trempe dans le bouillon. Il faut les laisser juste le bon temps et rapidement les saisir avec les baguettes avant qu'elles ne fondent. C'est une spécialité de Hachinohe 八戸市八戸市, un régal !

 Senbeijiru © www.en-aomori.com

 

Votre endroit préféré au Japon ?

On parle souvent des paysages qui nous ont marqué au Japon mais s'il y a un endroit qui nous tient à cœur c'est le Margutta マルグッタ. Ce petit café de Niigata 新潟市 est comme notre maison au pays du soleil levant. On y dort pas mais on peut y passer la journée à papoter avec le couple de retraités qui y travaillent. Ils prennent soin de nous, nous nourrissent plus que de raison, s'inquiètent de notre santé, s'assurent que tout va bien et que l'on repart avec suffisamment de légumes pour la semaine. On y mange le meilleur curry du Japon !

 

Quel objet emblématique du Japon possédez-vous ?

Akabeko 赤べこ, un jouet en forme de vache rouge en papier mâché, originaire de la région d'Aizu 会津, à Fukushima 福島県. C'est un bel objet artisanal qu'on nous a offert dans sa jolie boîte, un soir, dans un salon de thé. C'est une des dernières soirées qu'on a passé avec le patron de la galerie où on exposait à Niigata. Il avait l'habitude de nous emmener dans ses coins favoris et il s'est dit que cet endroit nous plairait. A l'étage, c'était plein de vieux objets japonais très beaux. Voyant notre intérêt, la propriétaire nous a offert cette magnifique Akabeko dont la tête oscille quand on la bouge.

Akabeko 赤べこ, la "vache rouge" © https://rediscoverfukushima.com