Le 25 janvier 1879, débute la parution du journal Asahi, Asahi shimbun 朝日新聞 à Osaka.

 

L'Asahi Shimbun, littéralement le journal du soleil levant, est un des plus anciens quotidiens nationaux du pays.

 

Il débute sa publication en 1879 à Osaka sous le titre d'Ôsaka Asahi Shimbun 大阪朝日新聞, un journal de petit format, illustré et destiné au grand public. Il est dirigé par Murayama Ryôhei 村山竜平 (1850-1933) qui est aussi le propriétaire de la société éditrice, Ôsaka Asahi shimbun sha 大阪朝日新聞社, aidé par Kimura Noboru 木村騰 dont le père Kimura Heihachi 木村平八 finance le projet.

 

En 1881, Ueno Riichi 上野理一 (1848-1919) remplace Kimura comme financier, acquiert le tiers du capital du journal et devient co-gérant avec Murayama Ryôhei qui en détient les trois-quarts, l'Asahi shimbun adopte alors une diffusion quotidienne qui augmente graduellement. En 1883, elle est de 20.000 exemplaires, la plus élevée de l'époque.

 

En 1888, une nouvelle rédaction est créée à Tokyo et le 10 juillet de la même année, débute la publication du Tôkyô Asahi Shimbun 東京朝日新聞. C'est à partir de cette époque que le quotidien se consacre uniquement et en priorité à l'actualité selon le concept développé par Murayama : le hôdô dai-ichi shugi 報道第一主義, l'"information en premier".

 

En-tête du journal Asahi Shimbun 朝日新聞Le 11 février 1889, lors de la promulgation de la Constitution impériale du Japon, Dai-nihon teikoku kempô 大日本帝国憲法, les habitants d'Osaka ont eu la surprise de découvrir en supplément de leur édition de la soirée l'intégralité du texte de la nouvelle loi fondamentale qui avait été envoyé par télégraphe depuis Tokyo.

 

L'année suivante, grâce à l'importation depuis la France d'une nouvelle presse rotative, mise au point par le constructeur et patron de presse Hippolyte Auguste Marinoni (1823-1904), la toute première de ce type au Japon, le quotidien peut imprimer ses nouvelles plus rapidement et son tirage enregistre alors une très forte hausse.

 

Ce n'est qu'en 1940, le 1er septembre, que le journal devient officiellement l'Asahi Shimbun, 朝日新聞, tel que l'on le connaît de nos jours.