C'est notre dernier jour à Tokyo.

 Le programme est d'aller à Shinjuku pour faire du shopping tout en profitant du parc Shinjuku Gyoen 新宿御苑 puisqu'il fait beau.

Les deux derniers jours à Tokyo devaient être exclusivement consacrés à dépenser tous nos sous et à faire chauffer la CB, du moins je l'espérais. A chaque fois que je vais au Japon, je reviens toujours avec une valise pleine à craquer.

Mais c'était avant mon mariage...

 

Toujours acheter le plus lourd d'abord

On part à Shinjuku pour trouver les livres de Taniguchi à Kinokuniya, celui qui se trouve à l'entrée sud de la gare mais qui a pratiquement fermé depuis (il n'y reste qu'un étage au lieu des six habituels). Je remarque plein de livres que j'aimerais acheter mais je dois me raisonner : si on part visiter le jardin d'à côté, mieux vaut ne pas trop charger la mule...

Je suis soulagée de trouver les Taniguchi dont je recommande vivement la lecture.

Le parc se trouve juste à côté de la librairie. L'idée était d'y passer la mâtinée avant d'aller faire les magasins.

Les cerisiers sont encore en fleur au Shinjuku gyoen © Aventure Japon 2016

Bien entendu, à midi, on y était encore !

L'avantage d'aller visiter les parcs de Tokyo, c'est d'éviter toute cette foule qu'Amour et moi-même, nous n'aimons pas beaucoup. Or il se trouve que les cerisiers étaient encore en fleur et tout Tokyo était venu faire hanami. Je n'exagère même pas (enfin, si, un peu...) : il y avait quand même beaucoup de monde ! Je n'ose imaginer la foule lorsque la floraison bat son plein !

Hanami au Shinjuku gyoen © Aventure Japon 2016

On a passé du temps dans la serre. Elle est superbe et j'y ai retrouvé toutes les plantes tropicales de mon enfance.

La mâtinée passe rapidement et on commence à avoir faim. On avise un restaurant pas trop loin de la serre. Les prix sont relativement élevés mais c'est très bon.

On profite du beau temps et des températures clémentes pour prendre un sakura mochi 桜餅 dans un des stands à l'extérieur. Ce sont nos derniers instants dans un parc japonais et on les savoure.

 

Shopping ? Naannn...

On a réussi à sortir du parc et on part direction Isetan.

Une fois devant le magasin, on réalise qu'il y a une affiche "Bonjour la France". Je suis curieuse de voir quels sont les produits français vendus au Japon et je tire Amour par la manche vers l'entrée. On monte au dernier étage et on est accueillis très chaleureusement par des Français et des Japonais francophiles et francophones. On goûte des produits français que l'on ne connaissait pas ! Il y a une belle effervescence et cela fait plaisir à voir. Amour est vraiment étonné de l'engouement des Japonais pour nos produits (je crois même qu'il y avait de la raclette !)

 Le magasin Isetan à Shinjuku © Aventure Japon 2016

Comme on est dans le quartier, on décide d'aller voir l'observatoire de la mairie pour avoir une vue panoramique de Tokyo. Je voulais qu'Amour réalise l'immensité de la ville. C'est intéressant mais sans plus. Je pense qu'il est préférable d'y aller de nuit.

Le jardin Shinjuku gyoen depuis l'observatoire de Tokyo © Aventure Japon 2016

Une fois de retour sur le plancher des vaches, je commence à fatiguer (c'est moi qui porte les livres) et mes pieds me font mal (pour ne pas changer). Il est temps de rentrer à l'hôtel d'autant que l'on doit faire nos valises pour le lendemain, l'avion devant décoller de Narita dans la mâtinée. On prend notre dernier quatre heures (des biscuits au matcha et du thé vert) tout en s'informant de la situation à Kumamoto où il s'est produit un deuxième tremblement de terre, ce qui est exceptionnel.

 

Shopping ? Mission impossible !

On ressort pour trouver un restaurant. Ce sera la seule fois où l'on s'approchera d'Akihabara et où l'on croisera plein de Français ! Je voulais aller au Don Quijote juste histoire de voir mais je n'ai plus de force !

 Le quartier d'Akihabara 秋葉原 de nuit © Aventure Japon 2016

Tokyo est tellement grand qu'il faut compter presque un jour par quartier (et encore !) : Ueno, Shinjuku, Shibuya, Roppongi, Yoyogi, Ginza, Tokyo, pour ne citer que les plus connus. Il y en a plein d'autres qui sont tout aussi sympas comme Ikebukuro, Takadanobaba, Kichijôji, Komazawa, Sumiyoshi, Nippori...

Cette ville est immense et à moins d'y rester une bonne semaine (voire deux ou trois), c'est impossible de tout faire. En temps normal, je ne passe plus par Tokyo, je vais directement à Kyoto où l'on trouve tout ce que l'on veut en matière de shopping mais sur une zone géographique beaucoup plus restreinte. Je me représente souvent Tokyo comme un agglomérat de plusieurs villes-quartiers dans lesquelles on peut vivre sans en sortir. Alors que Kyoto est à taille humaine : on peut y faire de magnifiques balades car il y a toujours de très beaux endroits inconnus à découvrir tout en y trouvant les boutiques intéressantes. En plus, à partir de Kyoto, on peut se rendre facilement à Nara, Nagoya, Kanazawa, Himeji, Hiroshima, etc. Sans compter l'aéroport du Kansai qui est d'un accès direct depuis la gare de Kyoto.

Mais il est impossible de venir une première fois au Japon sans passer par Tokyo. C'est quand même un endroit extraordinaire qu'il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie.

 

Ce n'est qu'un au-revoir

L'avantage d'avoir un hôtel à Ueno permet de prendre le Narita Express dont le terminus est suffisamment proche pour ne pas avoir besoin de prendre le métro ou un taxi. C'est agréable de profiter de notre dernière mâtinée en parcourant les avenues de Tokyo à pied.

Une fois à l'aéroport, tout se passe au mieux. Je dois quand même rassurer Amour qui a moins l'habitude que moi de prendre l'avion mais je pense que c'est sa manière à lui de stresser. "Tu es sûre que c'est la bonne file ?" "Tu es sûre que c'est la bonne étiquette ?" "Tu es sûre que...?" Patience est mère de toutes les vertus.

On profite des boutiques pour se débarasser de nos derniers yens mais j'en garde toujours un peu pour le retour et les prix affichés (en hors-taxe) sont tellement exagérés que je n'ai pas trop envie d'acheter quoi que ce soit.

Le vol se passe bien. On regarde tous les films que l'on avait pas réussi à voir à l'aller. Je préviens Amour qu'il ne faut pas dormir car on va arriver dans l'après-midi à Paris mais on pique du nez quand même.

Arrivés à Roissy, j'essaye de ne pas trop soupirer. On se fait passer devant pour effectuer les formalités de police. Une fois les valises récupérées, un imbécile donne un coup de pied dans mon bagage car j'étais sur son chemin... Ah, on est bien de retour !

Heureusement, la petite soeur d'Amour a eu pitié de nous et elle est venue nous chercher en voiture ! Quel luxe ! On a eu peur des embouteillages mais cela allait. On est rentrés rapidement. On a fait la distribution des cadeaux avant que le coup de pompe n'arrive. Les vacances sont bel et bien terminées mais il est prévu d'y retourner !

 

Jour précédent : Avant-dernier jour à Tokyo : shopping ? Nope, sakura !

Premier jour du voyage : Tokyo monogatari 東京物語 : premier jour à Tokyo