Sa Majesté chez les Nippons [Épisode 74]

 

Faverges dut se résoudre à appeler Tokyo mais il avait des informations importantes à leur communiquer. Il était hors de question de déranger l’ambassadeur mais en informer son premier conseiller posait moins de problème : celui-ci était ami comme cochon avec le consul général de France, son supérieur direct.

— Alors ? Comment ça se passe chez les ploucs ? lui demanda ce dernier en rigolant.

— Je n’ai pas le temps de m’ennuyer. C’est un bordel pas possible. Je crois que le rapatriement de l’Etat-civil à Tokyo est une excellente idée. On ne peut pas laisser des incapables pareils au gouvernail.

Le b.a.-ba pour avoir de bonnes relations de travail dans l’administration se mesure la plupart du temps à sa capacité de nuisance, en particulier d’être expert dans la manière de dire du mal de ses collègues à ses supérieurs hiérarchiques. Et si on avait la malchance de tomber sur un agent exemplaire, cela ne posait guère de problème car c’était si facile de faire courir de fausses rumeurs auprès d’un auditoire avide de médisance, histoire de le décrédibiliser et de se faire bien voir de sa hiérarchie. Avec le Kuso, Faverges avait de quoi faire marcher la machine à ragots pendant de longues années.

— Tu te souviens quand le journaleux a appelé au sujet de la fermeture du consulat d’Osaka ?

— Ah, oui… D’après Edouard, c’était l’employée locale qui a été virée.

— Moi, je sais qui a donné l’info au journaliste !

— C’est pas vrai ? C’est le consul général, c’est ça ?

— Oui, il a réagi très violemment lorsque son secrétaire y a fait allusion.

— Intéressant. Edouard va apprécier d’apprendre qu’il les a menés en bateau. En même temps, avec l’ambass, ils s’en doutaient un peu.

— Sauf que je suis bien emmerdé car maintenant tout le monde le sait, ici à Osaka et mes démentis ne font plus le poids. Je crains qu’ils appellent à nouveau l’ambassadeur ou Paris.

— Qu’ils continuent : Françoise fait barrage pour l’ambassadeur. Pour Paris, qu’ils essayent ! Personne ne les écoutera ! 

      Épisode suivantÉpisode précédent

 

 

 

Tous droits réservés © Lou Berthiault pour Aventure Japon

 Présentation de [Sa Majesté chez les Nippons]