De son vrai nom, Andô Tokutarô 安藤徳太郎, il est aussi connu sous le nom d'Andô Hiroshige 安藤広重. C'est un peintre renommé d’estampes japonaises, Ukiyo-e 浮世絵, de la fin de l’époque d’Edo. Il a notamment peint les célèbres vues de la route du Tokaidô 東海道 et du Mont Fuji 富士山.

 

Son père Andô Tokuemon 安藤徳右衛門 faisait partie du groupe des combattants du feu des bords du quartier Yaesu 八重洲 d’Edo 江戸.

 

En 1811, à l’âge de 15 ans, il entre dans l’atelier de Utagawa Toyohiro 歌川豊広 (1773?-~1830) et devient son disciple. Il change alors son prénom en Hiroshige. En 1812, il obtient le privilège de porter le nom de famille de son maître Utagawa.

 

En peu de temps, il se fait en nom dans le domaine de l’estampe, hanga 版画. Ses premiers travaux d’illustrations sont publiés en 1818. Il commence à peindre des portraits d’acteurs et de belles femmes. Il excelle dans les représentations de la vie de tous les jours, les fûzokuga 風俗画.

 

Utagawa Hiroshige, kachôga 花鳥画Ses premiers kachôga 花鳥画 (littéralement, des images de fleurs et d’oiseaux), comportant des inscriptions calligraphiées et imprimées en couleurs, rencontre un immense succès populaire.

 

En 1830, l’éditeur Kawaguchi Shôzô lui suggère de peindre une série de dix vues de la ville d’Edo (l’ancien nom de Tokyo). Débute alors un impressionnant travail qui lui prendra vingt ans de sa vie. Il réalisera plus de 1.000 vues de la capitale japonaise.

 

En 1832, il voyage entre Kyoto et Edo, lui inspirant sa célèbre série des « Trente-six vues du Tokaïdô », Tōkaidō gojūsantsugi 東海道五十三次, éditées par Takeuchi Hoeidô.

 

Au milieu des années 1840, Hiroshige illustre des livres de poésie comique ou kyôka.

 

Dans les années 50, il change de support. Au lieu d’utiliser des formats horizontaux, il privilégie des vues verticales incluant ses dessins d’endroits célèbres, Rokujūyoshū meisho zue 六十余州名所図会, dont les « 100 vues d’Edo » Meisho Edo hyakkei 名所江戸百景.