Appelée aussi Ôu 奥羽, la région du Tôhoku, Tôhoku-chihô 東北地方, littéralement la « région du nord-est », se trouve tout au nord de l'île principale du Japon, Honshû 本州. Elle couvre une superficie de 66.885 km² et sa population est de 9.874.826 personnes.

 

C'est une région faiblement peuplée : elle représente 17,7% de la superficie totale du Japon mais n'y habite que 7,5% de la population totale japonaise. La densité de population dans l'ensemble de l'archipel est de 338,1 personnes. Elle est moitié moindre au Tôhoku : 143,9 personnes.

 

Même de nos jours, le Tôhoku reste une région reculée où l'industrie s'est peu développée. Il a même été envisagé de transférer la capitale du Japon à Sendai pour accélérer le développement de la région, sento-ron 遷都論.

 

Au nord, elle est séparée de l'île d'Hokkaidô 北海道  par le détroit de Tsugaru, Tsugaru kaikyô 津軽海峡et, au sud, elle jouxte les régions du Kantô 関東地方  et de Chûbu 中部地方.

 

Elle est découpée administrativement en six préfectures : Aomori 青森県, Iwate 岩手県, Akita 秋田県, Yamagata 山形県, Miyagi 宮城県 et Fukushima 福島県.

 

C'est une région montagneuse et les grandes villes se retrouvent principalement le long de l'océan Pacifique, Taiheiyô 太平洋, ou de la mer du Japon, Nihon-kai 日本海.

 

Le climat est très marqué avec des longs hivers et des étés raccourcis.

 

Dans les temps anciens, la région était habitée par des aborigènes connus sous le nom d'Ezo 蝦夷. Aujourd'hui, c'est principalement une zone agricole (riz, légumes et fruits). Le bois et la pêche occupent aussi une place importante.

 

Le festival Tanabata, Tanabata matsuri 七夕祭り © Ville de Sendai 仙台市Sendai 仙台市, capitale de la préfecture de Miyagi, en est la plus grande ville. C'est aussi le centre politique, économique et culturel de la région depuis 1989. La ville s'est développée autour du château de Sendai, le château Aoba, Aoba-jô 青葉城, construit par Date Masamune 伊達政宗 (1567-1636) en 1601. On y trouve une université, la Tôhoku daigaku, 東北大学. Chaque mois d'août a lieu le célèbre festival Tanabata, Tanabata matsuri 七夕祭り.

 

A l'époque de la réforme de Taika, Taika kaishin 大化改新, en 645, la région était connue sous le nom de la province de Michinoku, Michinoku no kuni 道奥国, une région reculée de l'archipel, ôchi 奥地. Puis son nom a évolué en Mutsu, Mutsu no kuni 陸奥国, la « région éloignée ». Avec la création en 712 de la province de Dewa 出羽, les deux noms ont été réunis et simplifiés en Ôu 奥羽. Le terme de Tôhoku n'est utilisé que depuis l'ère Meiji 明治時代.

 

Les sites touristiques les plus prisés des Japonais dans la région sont les suivants :

  • La ville de Towada 十和田市 (Aomori, 青森県)
  • Les sources chaudes (onsen 温泉) de Komaki 古牧温泉 (Aomori, 青森県)
  • La ville d'Hachinohe 八戸市 (Aomori, 青森県)
  • La péninsule de Shimokita 下北半島 (Aomori, 青森県)
  • La péninsule d'Oga 男鹿半島 (Akita 秋田県)
  • Les sources chaudes (onsen 温泉) de Kaminoyama 上山温泉 (Yamagata 山形県)
  • Le mont Chôkai 鳥海山 (Yamagata 山形県 et Akita 秋田県)
  • Le lac Tazawa 田沢湖 (Akita 秋田県)
  • Le fleuve Mogami 最上川 (Yamagata 山形県)
  • La ville d'Iwaki いわき市 (Fukushima 福島県)
  • La ville de Zaô 宮城蔵王 (Miyagi 宮城県)
  • La ville de Matsushima 松島町 (Miyagi 宮城県)
  • La ville d'Hanamaki 花巻温泉郷 (Iwate 岩手県)
  • La ville d'Hachimantai 八幡平市 (Iwate 岩手県)

 

Carte de contamination par la radioactivité de la région du Tôhoku 東北地方, hôshanô osen mappu 放射能汚染 マップ © Ministère de l’Éducation, de la culture, des sports, des sciences et technologie du Japon, Monbu-kagaku-shô 文部科学省La région du Tôhoku a été particulièrement touchée par le tremblement de terre du 11 mars 2011, Tôhoku-chihô Taiheiyô-oki jishin, 東北地方太平洋沖地震, ainsi que par le tsunami 津波 et l'explosion de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi, Fukushima Dai-ichi genshiryoku hatsudensho 福島第一原子力発電所. Avant de s'y rendre, il est important de consulter les cartes de contamination par la radioactivité, hôshanô osen mappu 放射能汚染 マップ.

 

Pour plus de détails :
http://radioactivity.nsr.go.jp/en/

 

Une remarque importante : ce site n'a pas vocation à promouvoir le tourisme de désolation, bien au contraire. Les cartes de contamination sont là uniquement pour les personnes devant s'y rendre car certains l'ignorent mais des gens vivent dans ces zones contaminées et ils ont de la famille ou des amis susceptibles de venir les voir. Notre pensée va vers eux car l'énergie nucléaire n'a plus sa place dans notre monde.