A première vue, les deux caractères qui se lisent tous les deux saka さか,  "la pente", sont assez similaires.

 

Le premier possède la clef de la colline (ou la butte) kozato-hen こざと偏 et le second, celle de la terre tsuchi-hen 土偏.

Ils ont en commun le sens de saka さか, la pente. Le premier se lit aussi tsutsumi つつみ, la digue, et kewashii けわしい, pentu, raide.

 

Pourquoi utilise-t-on de nos jours la graphie 大阪 et non plus celle de 大坂 ?

Pour cela, il faut remonter dans les temps anciens.

 Dans l'antiquité, la capitale du Kansai 関西 s’appelait Naniwa Namba 浪速難波, du nom de deux de ses quartiers actuels.

 

L’ancienne graphie 大坂, « la forte pente », apparaît pour la première fois en 1499 (Meiô 9) dans le recueil de lettres (à consonnance religieuse) Ofumi 御文 du prêtre bouddhiste Rennyo 蓮如 (1415-1499).

 En l’an 5 de Meiō, Rennyo fait construire dans la région d'Ishiyama 石山 près de l’embouchure du fleuve Yodogawa 淀川 un édifice bouddhiste pour s’y retirer. Il l’appelle Ōsaka midô 大坂御堂, le temple de la grande pente.

La même année, il est rapidement rejoint par un grand nombre de fidèles qui s’y installent en faisant construire maisons et bâtiments religieux. L’ensemble prend le nom d’Ishiyama hongan-ji 石山本願寺.

 

 Le château d'Osaka, Osaka-jô 大阪城 © Aventure Japon 2004En 1576, le temple est assiégé par les troupes d’Oda Nobunaga 織田信長 (1534-1582) et il est entièrement détruit par le feu. En 1583 (Tenshô 天正 11), Toyotomi Hideyoshi 豊臣秀吉 (1537-1598) y fait construire le château d’Osaka, Ōsaka-jō 大阪城.

 

Les berges de Semba 船場 et de Shimanouchi 島の内 sont ouvertes au commerce portuaire et les commerçants de Sakai 堺 s’y installent.

 

En 1615 (Genna 元和 1), le château d’Osaka est détruit par les flammes après l’attaque de Matsudaira Tadaaki 松平忠明 (1583-1644) qui prend le contrôle de la province.

Osaka prospère et devient un port de commerce florissant. Aux alentours se développe l’agriculture dont les produits (riz, huile, sel, coton, bois, etc) sont envoyés par cabotage à Edo 江戸, la capitale.
C’est de cette époque que date le surnom d’Osaka : le « garde-manger de la nation », tenka no daidokoro 「天下の台所」(littéralement : la « cuisine du paradis »).

 

La fin du XVIIIe siècle est l’époque d'une grande prospérité mais l’effondrement du Bakumatsu 幕末 va précipiter la région dans la guerre civile, les daimyo 大名 refusant les réformes civiles du gouvernement de Meiji qui leur enlèvent une grande part de leur pouvoir et de leurs revenus.

 

Le 21 juin 1868, l’empereur Meiji 明治天皇 créée la préfecture d’Osaka, Ōsaka-fu 大阪府. C’est la première fois que la graphie 阪 est utilisée à la place de 坂 qui est alors abandonnée. La ville d'Osaka devient Ōsaka-shi 大阪市 et adopte à son tour le nouveau kanji. Le gouvernement de Meiji veut par là rompre avec le passé féodal de la région et asseoir sa légitimité en tant que nouveau dirigeant d'un pays unifié.

 

 

Sources : Grand dictionnaire historique du Japon, Kokushi daijiten 国史大辞典

 Dictionnaire de kanji, Jitsū 字通