L'expression Sakai uchi hamono 堺打刃物 désigne les lames, hamono 刃物, fabriquées selon les techniques de forge, tanzô gijutsu 鍛造技術, et de polissage, togi no gijutsu 研ぎの技術, de la région de Sakai 堺市 et d'Osaka 大阪市, dans le Kansai 関西.

 

Cette dénomination inclut les couteaux utilisés en cuisine, hôchô 包丁, et les ciseaux traditionnels japonais, hasami 鋏, mais ce ne fut pas le cas dans le passé.

 

Le travail du fer à Sakai date du Ve siècle, de l'époque de la construction des kofun 古墳, ces tumuli funéraires en forme de trou de serrure caractéristiques du Japon.

 

A la fin de la période Heian 平安時代 (794-1185) débute la fabrication de sabres japonais, katana 刀.

 

En 1543 (Tenmon 天文 12), les Portugais débarquent au Japon, près de la ville de Sakai, amenant avec eux les premiers fusils : des arquebuses, hinawajû 火縄銃, dont la production se développera à Sakai, assurant la prospérité de la région.

 

La paix retrouvée, les forgerons de Sakai furent obligés de se reconvertir dans la fabrication de hachoirs pour couper les plants de tabac, tabako hôchô 煙草包丁, puis de lames pour des couteaux de cuisine ainsi que pour les ciseaux.

 

La qualité des lames était telle que le Bakufu d'Edo autorisa les artisans de Sakai à apposer le sceau Sakai-kiwame 堺極 sur leurs lames.

 

Le processus de fabrication se décompose en trois étapes : la métallurgie, kaji 鍛冶, le polissage et la mise en place de la poignée, e-tsuke 柄付け. Au fil du temps, les artisans se sont spécialisés dans chacune de ces étapes.

 

La forge et le polissage de la lame :

 

La mise en place de la poignée :

 

A Sakai, il existe un musée des lames qui a ouvert en 2011.

 

 

On trouve de nombreuses boutiques dans la ville :

L'atelier de fabrication de Fuji, Fuji hamono seisakusho 藤井刃物製作所

Yamamoto haken 山本刃剣

Plus touristique : Sakai densan 堺伝産 (contraction de Sakai dentô sangyô kaikan 堺伝統産業会館) (qui vend des produits traditionnels de Sakai)

Autres fabricants